Mandy Martin
28 Apr 2021

Pique-niquez avec les Moo Bags

Mandy Martin est née en Afrique du Sud de grands-parents mauriciens. Un côté « fille des îles » qu’elle a laissé pleinement s’exprimer en créant Moo Bag, petite entreprise de sacs de pique-nique 100% local, aux couleurs tropicales. Elle placera bientôt ses « wine bags » chez le Connoisseur. Rencontre.

Comment Moo Bag est-il né ?

Mon idée initiale était de créer des sacs adaptés à la vie de l’île, des « island style bags », pratiques et solides, avec des couleurs vives et fleuries. J’ai commencé par des grands sacs de plage, puis des plus petits, pour le golf, ensuite des « picnic bags » et récemment, de grands « cooler bags » pour les promenades en bateau… Les “wine bags” sont venus tout naturellement agrandir la gamme. J’en ai pour une bouteille, que les gens aiment acheter lorsqu’ils offrent une bouteille en cadeau, et pour deux et trois bouteilles. Ceux-là sont de plus en plus demandés.

« Moo… is for Mood » ?

Pas du tout. Moo est le petit nom que m’a donné ma mère. Lorsqu’elle était fâchée, c’était… « Amanda ! » Je pense qu’elle serait très heureuse de voir les Moo Bags, car elle m’a toujours donnée comme conseils de faire avec ce que j’ai sous la main, de privilégier les choses qui sont autour de moi. Je ne vois pas pourquoi on a tendance à aller chercher à l’étranger ce qu’on peut avoir ici. En fouillant un peu, en bricolant, on arrive souvent à trouver notre bonheur à portée de main.

Vos sacs sont donc 100 % d’ici ?

Les tissus que j’utilise proviennent des Timol de Rose-Hill et Curepipe, et des boutiques de la rue La Corderie. Depuis 10 ans que je crée des sacs, ces commerçants me connaissent. Ils m’appellent lorsqu’ils ont de beaux coupons. Ils savent qu’il ne me faut que quelques mètres de chaque toile, car pour essayer de garder au maximum l’exclusivité, je ne produis pas plus de 2-3 sacs dans un même tissu.

Mes sacs sont fabriqués par une entreprise de casquettes située à Vacoas. En 2011, j’ai débarqué à l’usine avec mon design de sac de plage, et elle a tout de suite été intéressée. Je souhaitais un tissu plastifié, mais nous avons trouvé ensemble une solution alternative qui fait aujourd’hui l’originalité du Moo Bag, un plastique souple qui protège le tissu et donne au sac tenue et durabilité. J’utilise le mien depuis 7 ans !

Depuis la première commande de 60 sacs il y a dix ans, je n’ai jamais été déçue par mon fournisseur. Je suis probablement la plus difficile de tous leurs clients, mais je suis très contente de leur travail. J’ai pu, grâce à cet accompagnement impeccable, développer une gamme de 15 modèles différents.

Qu’est-ce qui vous plaît dans cette activité ?

Je suis passionnée par les couleurs. J’aime choisir les tissus en flânant dans Port-Louis, découvrir de nouveaux motifs, manipuler le textile et imaginer comment il peut être transformé. Ce sont toujours les motifs et les couleurs qui me dictent le modèle. Par exemple, les feuilles m’inspirent des coussins, les nuances de bleu, des sacs pour la mer, et les motifs plus discrets, des sacs de laptop. Le tissu me parle en quelque sorte.

Dans ma première vie en Afrique du Sud, j’étais Events Manager. J’aime donc le contact avec les gens, échanger avec mes clients, écouter leur feedback. Souvent, ils suggèrent des améliorations que je retiens. J’aime quand ils voient qu’il y a quelqu’un derrière la conception de ce sac, qu’ils comprennent mes choix. C’est aussi important pour moi de voir les gens heureux en recevant leur sac, donc de livrer moi-même mes commandes.

Comment voyez-vous l’avenir ?

Les marchés d’artisans semblent être entrés dans les habitudes, et c’est tant mieux. J’ai vendu plus de sacs sur ces marchés que dans les boutiques d’hôtel. Parmi mes clients, je compte beaucoup d’expatriés, une communauté qui s’agrandit à Maurice. Des entreprises m’ont aussi approchée pour offrir des sacs « branded » à leurs clients. Le fait-main est définitivement de plus en plus apprécié. Je vois donc l’avenir positivement. Ce qui me permet de rêver : peut-être un jour arriverais-je à créer mes propres tissus. Et les faire réaliser par mes propres ouvriers…

As-tu aimé cet article ?

Donne-le une note

Articles les plus récents

Les mots du vin

Vous voulez « parler vin » comme un sommelier ? Il vous faut d’abord reconnaître les 5 caractéristiques qui déterminent la qualité et le goût d’un vin. Ces caractéristiques sont le corps, la douceur, le tannin, l’acidité et l’alcool.

En savoir plus

Le gin, toujours « in »

Le gin redevient tendance grâce au travail raffiné des distillateurs et l’originalité de leurs recettes. Découverte des marques qu’offre Le Connoisseur avec notre sommelier Mervin.

En savoir plus

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Abonnez-vous à notre newsletter