30 Jun 2021

Le gin, toujours « in »

Tous les gins viennent-ils de Londres ?

Le gin est historiquement associé à l’Angleterre, même si c’est en Hollande qu’il est né. S’il existe plusieurs catégories de gin, comme le Old Tom ou le Plymouth, le London Dry Gin reste la plus importante. C’est le gin classique par excellence. Ce terme est une désignation de qualité, qui atteste du respect d’un processus de production. Généreux en plantes, les London Dry Gin sont les gins qui en contiennent le plus.

Les gins viennent de partout : en boutique, à côté du produit référence, le London N˚1 Gin, nous avons The Botanist, originaire d’Ecosse, le Ginologist d’Afrique du Sud, le Saffron Gin de France, le Barrister de Russie. Les méthodes de production de ces gins s’inspirent de celle du London Dry Gin, mais chaque distillateur fait les choses à sa façon et apporte sa touche de mystère à sa recette.

Quelle différence y a-t-il entre ces gins ?

On obtient du gin en distillant des herbes : coriandre, bergamote, écorce d’orange, etc. A l’alcool neutre qui est produit, on ajoute de l’eau pour réduire le degré de 50%, jusqu’à 40 degrés en moyenne, et des baies de genièvre, l’ingrédient « maître » qui lui donne son goût amer, de pin. Pour accentuer l’arôme, le distillateur va ajouter plus ou moins de poivre et d’agrumes ou d’autres plantes aromatiques. Le London N˚1 Gin, par exemple, est aromatisé avec de l’iris, ce qui lui donne sa couleur bleue.

L’épice commune à tous les gins, c’est les baies de genièvre. Très populaire dans la cuisine européenne, elle a aussi des propriétés antirhumatismales, anti-infectieuses et antiseptiques. A partir de cette « base », le producteur va jouer sur une palette d’épices et d’agrumes pour donner une nuance particulière à son gin.

Par exemple, le Saffron Gin, joue davantage, comme son nom l’indique, sur le caractère épicé, le safran ajoutant de la rondeur à l’amertume du genièvre. The Botanist, choisit, un bel équilibre épice-agrume, avec sa large palette de plantes fourragères, cueillies à la main. Il y en a 22 : menthe, pomme, genièvre, coriandre, citron, l’écorce d’orange, fleurs sauvages, miel, noix de coco… Des plantes qui font voyager jusqu’à l’île d’Islay, d’où vient ce gin riche et moelleux.

Le Ginologist est beaucoup utilisé dans les événements de Le Connoisseur. Pourquoi ?

Ginologist est un produit intéressant. Non seulement c’est un exemple de la nouvelle école de gin, qui s’inspire de l’idéologie de base tout en explorant une palette aromatique diversifiée, mais sa gamme de trois gins offre précisément le choix de nuances, selon les préférences. Goûter aux trois produits, le Citrus, le Floral et le Spice, permet de comprendre ce jeu entre épicé et citronné.

Le Floral est le plus accessible. Au nez, il a un parfum persistant de géranium rose, soutenu par des notes de fleur d’oranger. Ce mélange de fleurs lui donne beaucoup de douceur. Le Citrus réveille les papilles avec ses notes nettes de citron vert et de pamplemousse. Très rafraichissant, c’est une version puriste d’un gin aux agrumes. Enfin, le Spice offre un éventail de notes d’épices orientales les plus fines, des poivres durs, des notes de cannelle, de l’écorce de cassia, de la cardamome et de la coriandre. Il peut se déguster comme un bon whisky, pur sur glace.

Comment servir ces gins ?

Le classique Gin-Tonic reste indémodable. A juste raison, car, comme le whisky, ce spiritueux dégage toute la pureté de son arôme et la subtilité de sa texture lorsqu’on y ajoute un liquide neutre. Donc, comme le préconise tout mixologue, versez 100 ml de l’Indian Tonic ou de soda dans 5 cl de gin, avec deux glaçons.

Dans ce même esprit, lorsque vous servez un Ginologist Floral, par exemple, respectez ses arômes en soulignant sa signature végétale avec une tranche de concombre, une branche de romarin et une fleur comestible. Pour le Spice, ajoutez un bâton de cannelle ou de la fenouil. Et au Citrus, quelques feuilles de menthe. Vous pouvez aussi rééquilibrer votre gin en ajoutant plutôt des grains de poivre au Citrus, et, pour mitiger son aspect corsé, une tranche de citron ou d’un autre fruit au Spice.

Le « dry » du gin signifie qu’il est pauvre en sucre. C’est pour ça qu’il est très utilisé dans la préparation de cocktails. Il se mélange bien avec du Cointreau, du Triple sec, du vin mousseux, et également avec tout type de jus, canneberge, orange, pomme, etc.

Mais vous pouvez tout aussi bien savourer votre gin à la manière de la Reine Elizabeth, dont c’est la boisson préférée, en le mélangeant à deux doses de Dubonnet, un vin fortifié qui rappelle le vermouth !

As-tu aimé cet article ?

Donne-le une note

Articles les plus récents

Le gin, toujours « in »

Le gin redevient tendance grâce au travail raffiné des distillateurs et l’originalité de leurs recettes. Découverte des marques qu’offre Le Connoisseur avec notre sommelier Mervin.

En savoir plus

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Abonnez-vous à notre newsletter