06 Nov 2020

Le Chardonnay 2019 d’Hamilton Russell, « phénoménal » !

La critique est élogieuse envers ce « miraculé » de l’année 2019, qui vient d’arriver chez Le Connoisseur.

Le Chardonnay 2019 du domaine sud-africain Hamilton Russell a non seulement survécu au terrible incendie qui a ravagé plus de 40% de ses vignes en janvier 2019…. Mais c’est un millésime « phénoménal », dit le grand critique de vin sud-africain Matthew Jukes, dans une chronique publiée fin juin dans le magazine Money Week. « C’est le Chardonnay le plus remarquable que je n’aie jamais goûté », dit-il. Il est rejoint par le Master of Wine du magazine Decanter, Andrew Howard, qui lui attribue un excellent 93 points.

Le millésime 2019 a une profondeur et une jutosité étonnantes, un arome de bois de chêne doux mais contrôlé, un équilibre délicat. Long en bouche, avec des saveurs de poires et de citron vert, il a tout d’un grand classique avec une acidité prononcée et un taux d’alcool limité à 13,2 %. Il exprime pleinement la personnalité du Domaine Hamilton Russell et fait honneur à son Chardonnay qui, en 40 ans s’est construit une belle renommée internationale.

Vin d’une grande élégance, le Chardonnay de ce prestigieux domaine a fait le bonheur de Nelson Mandela et est régulièrement servi à Buckingham Palace. Il a figuré trois fois dans le Top 100 de Wine Spectator. Il doit sa douceur au climat frais du site et surtout à son sol pierreux, riche en argile et schistes. Hamilton Russell est le domaine qui se trouve le plus au sud du Cap, à un jet de pierre de la mer, dans la vallée Hemel-en-Aarde, « ciel et terre » en afrikaans. Exploité depuis 1975, le domaine produit exclusivement du Pinot noir et du Chardonnay depuis 1991.

Anthony Hamilton Russell, qui dirige le domaine avec son épouse Olive (photo), est particulièrement fier du 2019. Dans une vidéo accessible sur youtube – https://www.youtube.com/watch?v=i1xTtLY4r_o – il explique comment des mesures minutieuses ont été prises pour récupérer le raisin dans les champs détruits et comment les grappes ont été pressées entières pour réduire les risques d’altération par la fumée. « Le feu n’a pas été le seul défi à relever. Mai, juin et juillet ont été très chauds et ont entraîné la mise en sommeil du chardonnay et, par conséquent, un débourrement extrêmement irrégulier. La qualité est pourtant excellente, avec des ferments exceptionnellement lents qui donnent au vin une texture généreuse et une minéralité sophistiquée », explique-t-il.

Chance ou expérience, les « winemakers » du domaine ont pris, face à l’adversité, des décisions inspirées qui ont abouti à un résultat remarquable, reconnaît Mathew Juke. Pour le critique, le domaine peut « contre toute attente » espérer être en lice pour le titre de Chardonnay de l’année. Mais seuls quelques chanceux y goûteront. De manière générale, les vins d’Hamilton Russell sont exclusifs, et avec les incidents de 2019, le millésime sera sans doute commercialisé en petite quantité… Si vous faites partie de ces chanceux, suivez le conseil d’Andrew Howard : donnez-lui encore 12 mois pour qu’il s’épanouisse.

As-tu aimé cet article ?

Donne-le une note

Articles les plus récents

Les mots du vin

Vous voulez « parler vin » comme un sommelier ? Il vous faut d’abord reconnaître les 5 caractéristiques qui déterminent la qualité et le goût d’un vin. Ces caractéristiques sont le corps, la douceur, le tannin, l’acidité et l’alcool.

En savoir plus

Le gin, toujours « in »

Le gin redevient tendance grâce au travail raffiné des distillateurs et l’originalité de leurs recettes. Découverte des marques qu’offre Le Connoisseur avec notre sommelier Mervin.

En savoir plus

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Abonnez-vous à notre newsletter